1 acheteur sur 4 veut s’offrir un bien immobilier dans le neuf !

L’immobilier neuf plaît toujours autant aux Français ! D’après les derniers chiffres communiqués par Logic-Immo, près d’1 acheteur sur 4 projette d’acquérir un bien neuf. Décryptage.

30 % des acheteurs intéressés par un logement neuf

Sur le marché de l’immobilier neuf, les intentions d’achat restent très dynamiques au 2e trimestre 2018, d’après la 25e vague de l’Observatoire du Moral Immobilier : près d’1 acquéreur sur 4 se dit prêt à investir dans un bien neuf… soit 10 points de plus qu’il y a 2 ans ! Et l’on comprend pourquoi lorsqu’on sait que l’attractivité des taux d’intérêt est toujours d’actualité et que les acheteurs immobiliers n’y sont pas indifférents. Mais attention toutefois à modérer cette dynamique, car même si les intentions d’achat sont belles et bien présentes, ces dernières peinent à se concrétiser réellement. Franchir le pas n’est pas chose facile, et même lorsqu’il est fait, on estime ensuite entre 20 et 25 % de taux de désistement de la part des acquéreurs.

Pourtant le nombre des ventes immobilières n’augmente pas

Le marché de l’immobilier neuf connait une baisse des ventes depuis le début de l’année 2018, dans les agglomérations régionales et la seconde couronne francilienne. Dans les grands centres régionaux comme Bordeaux, Marseille ou Lyon, ainsi que la 1ère couronne d’Île-de-France, le nombre des ventes reste stable mais les prix continuent à grimper : « On atteint parfois même des prix record par exemple à Boulogne sud où l’on dépasse même les 10 000 €/m². En région, il y a l’exemple type de Bordeaux où les prix continuent à progresser » estime Denis Collot, Directeur Commercial et Marketing France Eiffage Immobilier.

Bon à savoir

  • Dans le neuf, un logement neuf coûte en moyenne 4 112 €/m².
  • Dans l’ancien, comptez 3 612 €/m²

Le remaniement du PTZ et de l’APL Accession, un frein à l’achat ?

Lorsqu’on se penche sur le profil des acquéreurs dans l’immobilier, on observe qu’il s’agit pour l’essentiel de couples ou de personnes seules (55 %), également aisés (58 % de CSP-) mais primo-accédant (66 %). Ainsi, les profils des acheteurs de l’immobilier neuf, en particulier dans la construction, sont plus fragiles et davantage soumis aux aléas de la conjoncture du marché et du contexte économique. Pourtant, depuis janvier 2018, le ptz et l’apl accession ont été remaniés laissant certains ménages s’interroger sur leur réelle capacité à acheter. Plus d’1/3 de ceux qui se lancent dans l’achat d’un logement de programme neuf sont impactés par le remaniement du PTZ et de l’APL accession : « Dans l’ancien, la demande est relativement plus « robuste » avec des acquéreurs moins en situation d’urgence, réconfortés par des taux bas » conclue Stéphanie Pécault chez Logic-Immo.